Dépaysements

USAGES DU MONDE

On se sent parfois dépaysé devant un paysage, sans pourtant parvenir à cerner ce qui nous désoriente dans ce qui se tient face à nous, irréductible à nos expériences précédentes. De nouvelles émotions prennent forme, encore chancelantes, fragmentaires, équivoques, qui pourront lentement gagner en consistance, se clarifier. Cette quête du dépaysement a été longtemps une expérience esthétique rare, une recherche méditative ou initiatique.

Notre cadre de vie apparaît aujourd’hui sans cesse « dépaysé », vacant, noyé dans une uniformisation planétaire. La déterritorialisation est devenue l’expérience dominante du monde contemporain. C’est une forme amplifiée et comme inversée du dépaysement. Elle désaccorde le lieu à ses soubassements, aux usages et aux complicités accumulés au fil du temps, pour ne laisser subsister qu’une dépouille démembrée de paysage.

C’est pourquoi des siffleurs d’oiseaux, jardiniers, architectes, anthropologues, bergères et bergers, performeuses, philosophes, physiciens, écologues, chasseuses d’échos, de nuages ou paysagistes… ébranlent ici nos perceptions DES SOLS / DES CORPS / DE L’ATMOSPHÈRE afin de faire émerger des usages plus appropriés du monde.

 

SOMMAIRE DU NUMÉRO :

  • UNE APPROCHE DU PAYSAGE PAR LE DÉPAYSEMENT 

Philippe Mouillon : Ne plus surplomber le monde mais l’accueillir tel qu’il palpite.

SOLS :

  • UNE INVERSION DES PAYSAGES 

Gilles Clément : Reprocher à une plante ou à un animal d’être là alors qu’il vient d’ailleurs, c’est ne rien comprendre à la réalité comportementale du vivant.

  •  LA REMUE

Bruno Caraguel : Nous ne referons pas les villes, mais nous pouvons les rendre perméables aux vivants. C’est le choix d’un émerveillement qui n’est ni nostalgique ni passéiste, mais prospectif et innovant.

  •  RECOMPOSER LE SOL SOUS NOS PIEDS

Pierre Janin : Ancrage et nomadisme, rural et urbain, local et territorial, intellectuels et manuels, nous nous inscrivons dans le temps agricole des estives, le temps de la transhumance qui reste un formidable modèle.

Thomas Mouillon : L’expérience d’un troupeau sur le campus peut nous aider à désapprendre et à ne plus penser uniquement le monde comme un ensemble fixe.

  •  CORPS À CORPS

Alexandra Engelfriet : Au-dessous de la couche dominante de la pensée s’ouvre, couche après couche, un continent qui ne peut être exprimé en mots. L’argile est cette réalité primordiale, antérieure au langage.

  • UNE EMPREINTE DE TEMPS

Marc Higgins : « Tranchée » d’Alexandra Engelfriet est comme une plaie à vif dans la forêt des Ardennes encore sillonnée des cicatrices de la grande guerre qui se déroula ici un siècle plus tôt.

  • RESPIRER AVEC LA TERRE ET LE CIEL

Catherine Grout : Si nous nous caractérisons en tant qu’homo sapiens par notre verticalisation, nous ne tenons pas debout de manière tranquille. Nous sommes en relation avec tout ce qui nous entoure.

  • DÉCOÏNCIDER

Daniel Bougnoux : Nos vies se jouent à coups de dés : dé-paysement, dé-centrement, dé-localisation, départs… Nous sommes des êtres de désir et ce désir nous déchire, nous disloque, nous exile de tout paysage ou pays.

  • BREF RETOUR SUR UN TITRE

Jean-Christophe Bailly : Aussitôt que nous sortons du cercle de nos déplacements quotidiens, nous nous disposons à être dépaysés, projetés dans un autre espace et d’autres espacements, dans la position de l’apprenti qu’en fait nous ne devrions jamais abandonner.

  • LES SOUVENIRS DE VOYAGE DE DOUGLAS WHITE

Marc Higgins : Les « palmiers noirs » de Douglas White sont au croisement de deux logiques jumelles d’exploitation intensive et aveuglée du monde. Ils nous invitent à nous allonger à l’ombre de la mondialisation touristique et de la domination de nos imaginaires.

  • UN OBJET IRONIQUE

Daniel Bougnoux : Le pneu est un objet artistique, écologique, philosophique total. Il est fait d’air et cet air est notre fonds commun – car l’air que nous respirons nous est toujours donné, mais pour combien de temps ?

  • LE PREMIER PAYSAGE

Maryvonne Arnaud : À quel moment avons-nous éprouvé cette sensation de plénitude où nous pouvions nous oublier nous-même et faire partie d’un tout, devenir un élément de ce tout et respirer avec le vent ? Faut-il accepter de se perdre pour éprouver le paysage ?

  • MOURIR DE PAYSAGE

Anne-Laure Amilhat-Szary : Il n’est plus possible de contempler des lumières côtières sans penser aux drames migratoires qui traversent ces mêmes paysages.

CORPS :

  • LES SAVEURS DU PAYSAGE

Jean Boucault : La richesse, c’est la diversité, la richesse, c’est le nombre d’espèces vivantes que l’on a autour de soi, c’est le nombre de chants d’oiseaux que l’on entend sur un territoire, c’est le nombre de saveurs dans une assiette.

  • UN MONDE PAUVRE EN MONDES ?

Philippe Mouillon : Pour des raisons difficiles à cerner, et qui semblent intimement reliées à leur enfance, émergent chez ces artistes des usages du monde qui ont sans doute déjà existé mais qui se sont évanouis depuis bien longtemps.

  • DEVENIR INVISIBLE

Johnny Rasse : Entrer en conversation avec un oiseau nécessite de me rendre totalement disponible et façonnable puisque mon corps, ma voix et mes résonateurs devront se redessiner pour accueillir ce chant.

  • LE COMPTE N’Y EST PAS

Daniel Bougnoux : D’autres manières de vivre circulent entre et à travers nous, qui ne relèvent ni du calcul ni de la marchandise, mais d’une forme de connivence. Notre identité n’est pas close.

  • À CÔTÉ DU RÉEL

Rachid Ouramdane : L’empathie que vous partagez lorsque vous regardez Lora tourner, la façon dont ce mouvement est lié à l’immobilité, au calme, reste une énigme.

Lora Juodkaite : Pour moi, la giration reste une pratique quotidienne très simple. Ma conscience s’abandonne, je m’incline, et j’en suis reconnaissant. C’est peut-être pour cela que ce mouvement demeure en moi.

  • L’INARTICULÉ

Daniel Bougnoux : L’inarticulé, ce qui en nous précède le langage, est l’enfance des signes, l’enfance animale de l’homme. Or cette enfance n’est pas passée, l’archaïque en nous n’est pas le révolu, mais le sous-jacent.

  • CETTE IMMENSITÉ RESSENTIE…

Marie-Pascale Dubé : Plus je chante, plus j’ai le sentiment de revenir à quelque chose de déjà là et qui me surprend, qui ouvre et réveille des émotions déjà présentes en moi. Une pulsion de joie et une souffrance.

ATMOSPHÈRES :

  • UNE TRANSPARENCE TROMPEUSE

Anaïs Tondeur : Le « Parlement des nuages » est un dispositif où ces entités transparentes sont reconnues pour leur place au cœur de l’équilibre du monde, garant du maintien de la respiration des corps.

  •  LES CIELS GISANTS SOUS TERRE

Marc Higgin : Les impluviums de Philippe Mouillon nous invitent à plonger le regard au fond, dans le chthonien, du côté des morts, pour apercevoir la réverbération du céleste gisant dans l’eau du puits, comme une promesse.

  • LA GRANDE ÉCOUTE DU MONDE

Henry Torgue : Le bain sonore qui immerge nos vies ne se réduit pas à un habillage acoustique plaqué sur le paysage visuel. Dès le ventre de notre mère, l’ouïe est l’un de nos sens actifs pour appréhender le monde.

  • TOUT AJOUT JOUE 

Marie Chéné : L’écho nous renvoie, totalement ou en partie, ce qu’on lui a envoyé. On lui propose un petit germe de langage et, d’un coup de revers, il vous fait la phrase complète.

  • LE MONDE EST D’UN USAGE DÉLICAT

Jean-Pierre Brazs : Rien ne pouvant vraiment exister sans être dit, les mots du paysage ont une place à prendre, y compris dans le paysage lui-même.

  • UNE NUIT SUR L’INACCESSIBLE

Hervé Frumy : Un bivouac sur le mont Aiguille, vaincu le 26 juin 1492 par volonté royale. Accompagné de plusieurs corps de métier, Antoine De Ville y restera une semaine, le temps de dire une messe et de poser trois croix.

  • CES MERVEILLES QUI CHANGENT LE MONDE

Maarten Vanden Eynde : « Pinpointing Progress » est un monument à l’amnésie collective. Cet empilement rend perceptible l’évolution qui sait rendre désirables des objets pendant quelques années, avant de les abandonner distraitement.

  • PRESS THE BUTTON, WE DO THE REST

Laurence Nesme : Gabrielle Hébert fait preuve d’une intuition précoce de ce que sera la photographie moderne. Le voyage en train lui donne l’occasion de réaliser des images de paysages en mouvement, en jouant avec maîtrise sur le flou.

  • ICONOGRAPHIE DU DÉPAYSEMENT

Que peuvent bien signifier ces images déposées par des contributeurs du monde entier qui les offrent aux autres internautes afin de les installer comme fond d’écran d’ordinateur ?

  • L’ÉVIDENCE DU PAYSAGE

 

 

COMMANDER LA REVUE

 

L’édition : paysage-animal

Alors que nous sommes témoins de l’effondrement des populations animales, il nous semble urgent et nécessaire de mettre en lumière la part animale de l’humanité.

L’humanisation du monde a prospéré en asservissant les autres espèces, jusqu’à oublier l’enracinement animal de nos sensations et de nos émotions, cette lointaine complicité dont témoignent les peintures des grottes de Lascaux ou celles de Chauvet. Sauvages ou domestiqués, les animaux ont élargi notre conscience et nos perceptions, et ce serait une régression épouvantable d’accepter un monde partagé entre l’industrialisation des animaux « utiles » et un désert écosystémique généralisé.

Pour que l’humanité n’échappe pas aux êtres humains, il nous faut recomposer les sociétés humaines afin de faciliter le déplacement, le séjour et l’épanouissement des animalités, c’est-à-dire assembler des enchevêtrements de rythmes et de trajectoires qui ne se plient pas seulement aux intérêts et aux projets humains. Car les animaux participent à l’équilibre de nos sociétés par leurs travaux, leur affection, l’irréductibilité de leurs comportements.

En associant les savoirs et les sensibilités de bergers, artistes, éleveurs, philosophes, anthropologues, éthologues, géographes…, paysage-animal dessine les contours d’une relation plus intense et équilibrée entre les êtres vivants partageant une même terre.

Dialogue avec un troupeau / Laurent Four dans le cadre de
Ça Remue !

 

Sommaire du numéro :

  • Mode d’emploi Alain Faure
  • Paysage-animal Philippe Mouillon
  • Humus humanité Daniel Bougnoux
  • Didactiques de l’accordage affectif pour temps d’effondrement Yves Citton
  • Enchanté par le troupeau Inge Linder-Gaillard
  • Un troupeau sur le campus, pour quoi faire ? Bruno Caranguel
  • Pâturer les champs de la connaissance Guillaume Lebaudy
  • Animaux au travail Jean Estebanez
  • L’université intégrée, une symphonie pastorale Jean-Charles Froment
  • Affleurer le paysage Olivier de Sépibus
  • Un monde d’insectes Laurence Després
  • Transmettre des émotions Katia Després et Gael Sauzeat
  • Gonepteryx Rhamni Caroline Duchatelet
  • Tentatives d’approches d’un point de suspension  Yoann Bourgeois
  • De l’humeur des araignées Conversation avec Abraham Poincheval
  • Les textures du temps Jordi Galí
  • Des places pour le vivant Conversations avec Victoria Klotz
  • Mémoire d’eau Conversation avec Cyrille André
  • Animisme et wilderness Nastassja Martin
  • Paysages humanimaux Coralie Mounet
  • Entre chiens et loups Conversation avec Antoine le Menestrel
  • Migrateurs Antoine Choplin
  • Le vivant, les sons et le territoire Henry Torgue
  • Conditions animales Maryvonne Arnaud
  • Pour une ville où les murs piaillent et chantent Milena Stefanova
  • Atlas des mondes de chacun Philippe Mouillon
  • Perdu pigeon blanc Conversation avec Alban de Chateauvieux
  • Les animés Conversation avec Alexandra Arènes

 

Ont contribué à ce numéro : Cyrille André, Anne-Laure Amilhat Szary, Alexandra Arènes, Maryvonne Arnaud, Jean Boucault, Daniel Bougnoux, Yoann Bourgeoi, Laure Brayer, Bruno Caraguel, Alban de Chateauvieux, Antoine Choplin, Yves Citton, Laurences Després, Katia Després, Caroline Duchatelet, Jean Estebanez, Laurent Four, Jean-Charles Froment, Jordi Galí, Soheil Hajmirbaba, Catherine Hannï, Victoria Klotz, Béatrice Korc, Olivier Labussière, Guillaume Lebaudy, Inge Linder-Gaillard, Nastassjia Martin, Antoine le Menestrel, Jérôme Michalon, Philippe Mouillon, Coralie Mounet, Abraham Poincheval, Johnny Rasse, Gael Sauzeat, Milena Stefanova, Olivier de Sépibus, Henry Torgue.

Images originales de : Cyrille André, Jean-Pierre Angei, Alexandra Arènes, Maryvonne Arnaud, Friedrich Böhringer, Marianne Elias, Olivier Garcin, Sonia Levy, Vita Manak, Fred Massé, Stéphanie Nelson, Olivier de Sépibus

FEUILLETER LA REVUE

COMMANDER LA REVUE

Plus d’informations sur :

L’édition : paysage en mouvements

Les paysages fixes n’existent pas. Le sédentaire et le définitif ne sont que des illusions d’optique, des déficits de perception ou d’interprétation. Tout dans le paysage remue, tangue, chaloupe, bouscule, migre et se déplace…. Cet enchevêtrement infini de dynamiques est éprouvé durant 128 pages par de nombreux artistes et auteurs de multiples disciplines qui vous invitent à aborder le paysage comme une ressource précieuse pour apprendre à vivre avec ampleur.

Ont contribués à ce numéro : Anne-Laure Amilhat-Szari, Maryvonne Arnaud, Cécile Beau, Daniel Bougnoux, Philippe Bourdeau, Laure Brayet, Anne Cayol-Gerin, Philippe Choler, Laurence Després, Caroline Duchatelet, Gisèle Durand, Sandrine Expilly, Alain Faure, Eve Feugier, Christoph Fink, Éléonor Gilbert, Lucie Goujard, Julien Grasset, Catherine Hänni, Nicolas Hubert, Nicolas Lanier, Francis Limérat, Jacques Lin, Jeanine Elisa Médélice, Sarah Mekdjian, Chloé Moglia, Guillaume Monsaingeon, Philippe Mouillon, Stéphanie Nelson, Fabrice Pappalardo, Aymeric Perroy, Dominique Pety, Hélène Piguet, David Poullard, Isabelle Raquin, Claire Revol, Olivier de Sépibus, Anne Sgard,  Jeff Thiébaut, Henry Torgue, Martin Vanier.

Textes originaux de : Maryvonne Arnaud, Daniel Bougnoux, Laure Brayet, Anne Cayol-Gerin, Lucie Goujard, Nicolas Lanier, Jeanine Elisa Médélice, Guillaume Monsaingeon, Philippe Mouillon, Aymeric Perroy, Dominique Pety, Isabelle Raquin, Claire Revol, Olivier de Sépibus, Jeff Thiébaut, Martin Vanier; Images originales de : Maryvonne Arnaud, Éric Bourret, Caroline Duchatelet, Sandrine Expilly, Éléonor Gilbert, Stéphanie Nelson, Mathias Poisson, Isabelle Raquin, Olivier de Sépibus.

Plus d’informations sur : https://local-contemporain.net/opus-10/

FEUILLETER LA REVUE

COMMANDER LA REVUE

 

walking with satellites

“Walking with satellites” est le résultat d’un travail mené pendant trois semaines par l’artiste Jeremy Wood, avec la collaboration de 65 étudiants dotés de receveurs GPS. Elle est à la fois outil d’orientation et récit d’une expérience collective. 475 kilomètres ont été parcourus à pied sur les 185 hectares du campus en évitant les chemins déjà tracés. Routes et bâtiments ont disparu, remplacés par des boucles et des frises. Sous la conduite de Jeremy Wood, le campus grenoblois a révélé sa texture inédite et fragile, faite de va-et-vient, de remords, de rêveries et de vagabondages. Si le recto souligne l’appartenance du campus dans la ville par le franchissement de l’Isère ou la présence discrète du bâti, la carte imprimée au verso renvoie à une forme flottante, presque primitive et animale, qui surgirait du fond de la préhistoire. Etonnante rencontre de la technologie la plus coûteuse avec une mémoire sans langage renvoyant au plus archaïque de notre humanité.

 

La carte imprimée a-t-elle encore du sens à l’âge du numérique ? La disponibilité des signaux numériques, l’exigence de données ajustées en temps réel, l’omniprésence des téléphones devenus ordinateurs-écrans-boussoles, autant de facteurs souvent tenus pour une condamnation du papier. Nous savons désormais qu’aucune carte n’est vraie, parfaitement exacte, définitive. Comme les traductions des grands textes, sans cesse remises sur le métier, la cartographie est une traduction parmi d’autres, éternellement lacunaire et obsolète. Les artistes n’ont jamais visé la neutralité ni l’exhaustivité. Leur pratique du territoire est par principe refus du standard, choix d’une lecture personnelle, appel à poser un regard différent sur des paysages qu’on croyait bien connus. Mappages rassemble des pratiques d’artistes qui voient dans la production de cartes un moyen d’expression plus qu’un outil d’orientation ; une revanche sur la prétention des cartes exactes et absolues ; un appel à la « carte du jour d’après », celle qui viendrait compléter l’expérience d’un territoire jamais définitivement documenté. Le recours au terme ancien de « mappe » et la référence à l’étymologie de la « nappe » et du « nappage » témoignent d’une modernité renouvelée. Mappages : jamais les cartes imprimées n’ont été aussi actuelles.

Mappages : Directeur de collection : Guillaume Monsaingeon

ISBN 978-2-9516858-2-6

Prix de vente public : 5 €

> Télécharger le bon de commande

Cherchez le murmure, une carte des échos de l’Isère

Poète et plasticienne, Marie Chéné joue avec les syllabes et les sons. Elle s’attache aux mots et aux fragments de phrases « déjà-là » ou « déjà écrits » pour mieux en souligner les richesses. Son intérêt pour les lieux dans lesquels nous vivons l’a conduite à collectionner les toponymes. Lieux-dits et noms de communes, rivières, îles, plaques de rues, Marie Chéné découpe ou recompose les mots afin d’en déployer la fragilité. 

Contre nos regards banalisés, Marie Chéné organise la rencontre joyeuse entre les cartes géographiques et l’espace du poème. Durant l’été et l’automne 2016, la poète et plasticienne Marie Chéné a repéré divers lieux d’écho en Isère à l’invitation de paysage>paysages. Elle les a testés et parlés, elle a écrit pour les parois. Lancez ses paroles à l’écho, il les complétera. Commencez une phrase, l’écho la finira pour vous : “Cherchez le mur” complété par l’écho donnera “ Cherchez le murmure ”, “ À petite dose ” deviendra “ À petite dose, ose ” et, dans un lieu où l’écho est plus long, “ Jamais l’étonnement ” se transformera en “ Jamais l’étonnement ne ment ”. Les paysages sont aussi faits de mots, de noms propres ou communs, de phrases qui tentent de dire nos émotions.

La carte imprimée a-t-elle encore du sens à l’âge du numérique ? La disponibilité des signaux numériques, l’exigence de données ajustées en temps réel, l’omniprésence des téléphones devenus ordinateurs-écrans-boussoles, autant de facteurs souvent tenus pour une condamnation du papier. Nous savons désormais qu’aucune carte n’est vraie, parfaitement exacte, définitive. Comme les traductions des grands textes, sans cesse remises sur le métier, la cartographie est une traduction parmi d’autres, éternellement lacunaire et obsolète. Les artistes n’ont jamais visé la neutralité ni l’exhaustivité. Leur pratique du territoire est par principe refus du standard, choix d’une lecture personnelle, appel à poser un regard différent sur des paysages qu’on croyait bien connus. Mappages rassemble des pratiques d’artistes qui voient dans la production de cartes un moyen d’expression plus qu’un outil d’orientation ; une revanche sur la prétention des cartes exactes et absolues ; un appel à la « carte du jour d’après », celle qui viendrait compléter l’expérience d’un territoire jamais définitivement documenté. Le recours au terme ancien de « mappe » et la référence à l’étymologie de la « nappe » et du « nappage » témoignent d’une modernité renouvelée. Mappages : jamais les cartes imprimées n’ont été aussi actuelles.

 Mappages : Directeur de collection : Guillaume Monsaingeon

ISBN 978-2-9516858-4-0

Prix de vente public : 5 €

> Télécharger le bon de commande

Courbures du Drac et de l’Isère

Ingrid Saumur a suivi plusieurs semaines les berges du Drac et de l’Isère à pied et en vélo. En explorant ce territoire à l’invitation de paysage>paysages, elle entendait révéler les fonds de vallée trop souvent négligés : après tout, si les sommets remarquables s’imposent à notre contemplation, ce sont bien les cours d’eau qui les ont forgés! Pour sa collecte initiale, l’artiste a élargi le relevé cartographique traditionnel et recouru au croquis, au carnet de notes, aux rencontres et à la photographie. Elle a ensuite choisi de redresser le cours des eaux, taillant à vif dans le relevé cartographique pour n’en conserver que trois tronçons. Les deux rivières sont devenues lignes, courbures, fragments enchaînés inventant une nouvelle topographie.

La carte imprimée a-t-elle encore du sens à l’âge du numérique ? La disponibilité des signaux numériques, l’exigence de données ajustées en temps réel, l’omniprésence des téléphones devenus ordinateurs-écrans-boussoles, autant de facteurs souvent tenus pour une condamnation du papier. Nous savons désormais qu’aucune carte n’est vraie, parfaitement exacte, définitive. Comme les traductions des grands textes, sans cesse remises sur le métier, la cartographie est une traduction parmi d’autres, éternellement lacunaire et obsolète. Les artistes n’ont jamais visé la neutralité ni l’exhaustivité. Leur pratique du territoire est par principe refus du standard, choix d’une lecture personnelle, appel à poser un regard différent sur des paysages qu’on croyait bien connus. Mappages rassemble des pratiques d’artistes qui voient dans la production de cartes un moyen d’expression plus qu’un outil d’orientation ; une revanche sur la prétention des cartes exactes et absolues ; un appel à la « carte du jour d’après », celle qui viendrait compléter l’expérience d’un territoire jamais définitivement documenté. Le recours au terme ancien de « mappe » et la référence à l’étymologie de la « nappe » et du « nappage » témoignent d’une modernité renouvelée. Mappages : jamais les cartes imprimées n’ont été aussi actuelles.

Mappages : Directeur de collection : Guillaume Monsaingeon

ISBN 978-2-9516858-3-3

Prix de vente public : 5 €

> Télécharger le bon de commande