Un monde de mondes

Au milieu du XVIII siècle, à la demande de Louis XV, Cassini de Thury va établir le premier relevé topographique de la France. Durant 3 ans, entre 1758 et 1761, il va installer son observatoire sur la commune de Saint-André-la-Côte au Signal, à 934m d’altitude et 20 kilomètres de Lyon, pour établir par triangulation la première carte de Lyon.

En quatre générations, les Cassini réaliseront la première carte topographique et géométrique de l’ensemble du royaume de France, établie à l’échelle 1/86 400.

Ces travaux sont si fiables que, de nos jours encore, de nombreux chercheurs – archéologues, historiens, géographes, botanistes, paysagistes… consultent la carte des Cassini lorsqu’ils ont besoin de faire une analyse rétrospective du paysage.

C’est depuis ce signal que seront lâchés, le 25 juin 2017 à 11H du matin, des pigeons voyageurs emportant avec eux des messages collectés auprès des habitants des Monts du lyonnais. Chacun, enfant et adulte, natif d’ici ou d’autres territoires, est invité à exprimer sur un message un point géographique qui lui tient particulièrement à cœur. Cet attachement affectif à un lieu particulier peut s’appuyer sur différentes raisons – son lieu de naissance, la mémoire d’une rencontre amoureuse, un rêve de vacances paradisiaques, la douleur d’un exode… et concerner un territoire du voisinage proche ou situé à l’autre bout de la planète.

Les pigeons voyageurs sont élevés par Dominique Cœur à l’Aubépin sur la commune de 69590 Larajasse. Ces oiseaux participent habituellement à des compétitions internationales dans le monde entier où ils volent jusqu’à 120 km/h durant 750 à 1000 kilomètres. Ils perpétuent une tradition lointaine puisque depuis plus de 3000 ans, les pigeons voyageurs ont transmis des messages sur de très longues distances en emportant, depuis le navire d’un explorateur ou une ville assiégée, un fragment de papier bagué à la patte. Ces messages très courts, parfois codés, sont un peu les ancêtres des tweets qui circulent aujourd’hui d’un téléphone à l’autre. Une filiation poétique puisque l’anglais tweets signifie gazouillis.

En invitant chacun à confier sa géographie affective à un pigeon voyageur, Philippe Mouillon espère collecter l’échelle planétaire des mondes rassemblés dans ce territoire d’apparence local des Monts du lyonnais. Chaque message sera cartographié au format nécessaire pour pouvoir être acheminé par un pigeon. Le lâché du 25 juin permettra aux oiseaux de s’envoler à la même seconde, et l’ordre d’arrivée des pigeons déterminera un ordre cartographique inconnu, sans hiérarchie, qui sera édité comme l’Atlas des mondes de chacun.

Atlas des mondes de chacun est une proposition de Philippe Mouillon,
produite par LABORATOIRE avec les soutiens de la DRAC Auvergne Rhône Alpes, du Département du Rhône, de la Région Auvergne Rhône Alpes, de la Communauté de communes des Monts du Lyonnais.

> pour participer : *protected email*