ville invisible

local.contemporain 03 / 100 pages

éditions le bec en l’air

Textes de François Ascher, Pierre Sansot, Suzel Balez, Dominique Schnapper, Natacha de Pontcharra, Stefano Boeri, Daniel Bougnoux, Yves Citton, Philippe Mouillon, André Gery, Yves Chalas, Lionel Manga.

Images de Aneta Grzeszykowska & Jan Smaga, Maryvonne Arnaud, Vincent Costarella, ….

L’invisible est aux usages urbains contemporains ce que la masse manquante est à la géophysique de  l’univers : sans l’intégrer dans la réflexion, rien ne se passe comme on l’aurait voulu ou comme on l’aurait cru parce qu’une multiplicité d’artefacts interagit de façon foisonnante. Cette déroute n’entame guère pourtant la détermination quotidienne à ne pas les penser ou les prendre en considération. Négligés, impensés, illisibles, dérangeants, ils sont si diversifiés et si fluides qu’entre transparence et opacité, le recensement des formes et usages invisibles de notre réalité urbaine se dérobe devant une surabondance indisciplinée ! Aussi cette quête nécessite-t-elle de la patience, de l’humour, de la modestie, des protocoles nouveaux et des outils hybrides, artistiques, intuitifs, autant que scientifiques, bref une approche indisciplinaire.

Chaque époque abandonne dans l’invisible des pans différents du réel : la Rome antique se méfiait des cimetières, les reléguant à la périphérie des villes alors que le Moyen Âge en fit le cœur symbolique de la cité des vivants. Mais aujourd’hui le reality-show s’arrête aux portes des abattoirs, des salles de soins palliatifs de longue durée, ou des hospices, mais avec aplomb prétend pourtant à la transparence généralisée du réel, depuis nos alcôves jusqu’aux sièges mondiaux des plus puissants. Les vitres de cette société transparente restent pourtant obstinément lavées par des hommes de l’ombre qui ne survivent que grâce à la discrétion de solidarités immémoriales. Pour ces réseaux d’entraide de clans et de diasporas, édifices fragiles des grands précaires, doit-on comme Edouard Glissant revendiquer un droit à l’opacité ? Ou prendre en considération et faire revenir dans le processus de socialisation ces latéralités bien réelles mais reléguées dans l’invisible ? Les sans domicile fixe, les malades incurables, les clandestins, ou les très vieux pourraient avoir une fonction d’experts à l’égard des potentialités dramatiques qui nous guettent ! Ce qu’ils furent d’ailleurs à l’époque où l’élite était composée d’ermites volontairement insolvables. Les insolvables d’aujourd’hui sont au cœur d’un processus conflictuel bornant le visible et l’invisible dans l’espace public des métropoles. Ce bornage est-il négligeable ? Nous avons choisi de l’exposer ici car la dynamique discrète des invisibles demeure nécessaire pour rééquilibrer la masse manquante de notre vie quotidienne.

image de Aneta Grzeszykowska & Jan Smaga

c’est dimanche !

local.contemporain 02 / 100 pages

éditions le bec en l’air

Textes de Bernard Stiegler, Pierre Sansot, Jean Yves Boulin, Eugène Savitzkaya, Ghania Mouffok, Henry Torgue, Yves Chalas, Philippe Mouillon, Jean Pierre Chambon, Ivan Vladislavic.

Images de Maryvonne Arnaud, Roberto Neumiller, Vincent Costarella, Peter Wendling.

CD Chroniques sonores de Xavier Garcia.

Avec l’espérance de vie moyenne que connaissent les Français aujourd’hui, la totalité des dimanches vécus par une personne représente 1/7e de son temps – 12 années consécutives ! C’est considérable. Imaginez des vacances qui dureraient 12 ans !

Oui mais voilà, chaque dimanche est séparé du suivant par les jours de la semaine. Et s’agit-il vraiment du même dimanche selon les périodes de la vie, selon l’entourage, selon l’état physique, mental ou affectif, selon les métiers, selon les pays ? Et puis qui a dit que le dimanche était un jour de vacances ? Ce qui semble vrai pour chacun, et depuis longtemps, c’est qu’il s’agit d’un jour à part, souvent plein de promesses, parfois d’espoirs déçus, de rencontres ou de solitudes, d’enracinements ou d’innovations. Comme un sas temporel dans la répétition des jours, comme une séquence de respiration ou d’angoisse, attendue ou redoutée.

Choisir le dimanche comme thème de ce numéro de local.contemporain est le prétexte à rêver et à réfléchir à cette autre grande dimension de chacune de nos vies : le temps. Après l’espace abordé dans le numéro 1, nous avons souhaité questionner l’autre grand axe fondateur auquel nul n’échappe. Mais pour ne pas se laisser submerger par le sujet, l’abordage prend le biais du jour de repos, du jour qui échappe à la loi du timing stressant et des actions obligatoires, du moins dans ses figures dominantes parce qu’au creux de cette brèche où se nichent plaisirs et traditions, se repèrent aussi d’autres pressions et d’autres servitudes.

Alors, que faisons-nous le dimanche ? Que deviennent nos quartiers, nos lieux de travail ou d’activités, nos foules pressées ? Tous ces lieux urbains qui se pavanent la semaine sont-ils remplacés par d’autres ? Découvrent-ils un nouveau visage ? Leur vacance est-elle une démission ? Quels visages offre une nature devenant de plus en plus citadine ? Personne n’aurait l’idée de souhaiter “bon mardi” ou “bon vendredi”. La semaine le générique “bonne journée !” suffit. Seul le dimanche possède ce privilège d’accéder à une adresse particulière. Signe de sa singularité, de son histoire et des multiples épisodes qu’il met en scène et que ce numéro vous invite autant à retrouver qu’à découvrir.